Le viol sur un enfant est un crime abject.
Les traumatismes qui en découlent, sont perpétuels et peuvent surgir des années après les faits.
La majorité avait accepté de prolonger à 30 ans la durée de la prescription. C’est bien mais pas assez.
Il faut aller plus loin en rendant imprescriptible le viol sur enfant pour garantir à vie que la justice soit rendue aux victimes.
C’est l’objet de ma proposition de loi que je souhaite voir rapidement étudiée et acceptée par la Majorité.