Après avoir auditionné le Conseil d’orientation des retraites et les syndicats la semaine dernière en commission spéciale, nous travaillons sur le projet de loi depuis lundi après-midi.

Plus de 22 000 amendements ont été déposés, une situation quas-inédite à l’Assemblée nationale.

Hier après-midi, j’ai défendu une série d’amendements concernant les caisses autonomes et la situation particulièrement délicate de avocats et professionnels libéraux, qui seront, malgré eux, financeurs de cette réforme.

Cette situation préoccupante que j’ai dénoncée avec bon nombre de mes collègues et ce, sur les différents bancs de l’opposition, conduira sans nul doute à l’abandon de l’exercice de la profession d’avocat pour les plus jeunes et les femmes.

Cette réforme risque de lourdement fragiliser notre système judiciaire et signera la fin de la méritocratie, dans une profession où un jeune arrivait encore à « se faire tout seul ».