En tant que commissaire aux retraites, j’ai eu l’occasion d’interroger au nom du groupe LR, les représentants du Conseil d’orientation des retraites lors de l’audition organisée dans le cadre de l’étude de la réforme.

J’ai souhaité pointer les injustices subies par les libéraux et avocats cotisants dans des caisses autonomes toutes bénéficiaires, l’absence d’information sur le financement de la pénibilité et du handicap, le double discours sur l’âge d’équilibre et le flou autour de la valeur de service du point.

Une fois de plus, le gouvernement a décidé d’en passer par le biais des ordonnances et décrets pour fixer les éléments les plus importants du texte.

La question du financement du régime général, pourtant au cœur des préoccupations des français, n’est même pas soumise au contrôle de la représentation nationale.

Nous serons vigilants dans les prochaines semaines et amenderons la réforme pour la rendre plus juste et transparente.