N’allons pas penser que ce qui s’y produit actuellement est trop loin pour nous concerner : les 12.000 combattants de Daesh, prisonniers des kurdes, menacent de s’échapper.

Ces mêmes combattants qui, partout où ils le peuvent, perpètrent des attentats meurtriers, sur le sol européen, et parfois sur notre propre sol.

Il faut instaurer une cohérence entre les discours et les actes et mettre un terme définitif au processus d’adhésion qui nous a déjà coûté très cher : 4,5 milliards d’euros au titre des crédits de pré-adhésion pour la période 2007-2014 ; 4,5 milliards pour la période 2014-2020 ; 5,6 milliards pour l’aide pour les migrants.

Enfin, il est plus que temps de coordonner les forces militaires des pays de l’Union européenne et de créer une réelle structure de défense commune afin de pallier, dans des situations comme celles-ci, aux conséquences du retrait des troupes américaines.