A mi-mandat, la situation de la France ne peut justifier un vote de confiance envers ce Gouvernement : crise des gilets jaunes, des hôpitaux et du système de santé, colère des retraités, des enseignants, des fonctionnaires et manque d’actes engageants face à l’urgence climatique.

Un constat que le Premier Ministre a su faire, mais qui met en lumière un manque de réalisme et d’action efficace.

Les projets de loi annoncés tels que la lutte contre le gaspillage, la prise en charge de la dépendance, la bioéthique ou encore la réforme de l’assurance-chômage, peuvent apporter des réponses concrètes aux attentes des Français. Mais sans un financement clairement énoncé, nous ne pouvons que rester sur nos gardes.

Partisane d’une opposition, libre, exigeante et constructive, je resterai vigilante et je continuerai à exercer mon mandat comme je le fais depuis le début : je vote pour les textes que je juge nécessaires pour la France et utiles pour l’intérêt général (la loi travail, loi sur la fraude fiscale, réforme ferroviaire) et je vote contre ceux qui sont injustes ou non aboutis (Réforme de la Justice et Loi Santé).

Je poursuivrai mon travail législatif, en amendant les textes de la majorité et du Gouvernement et en proposant des lois, afin de mener à bien tous les combats qui me sembleront justes et utiles.

C’est particulièrement le cas de la réforme des retraites, combat essentiel pour les Français et qui retiendra toute mon attention.

Les Députés Les Républicains ont fait preuve depuis deux ans d’un travail constructif en votant 41% des textes.

J’espère donc sincèrement que le Gouvernement et sa majorité feront preuve d’écoute et de confiance à notre égard en arrêtant de rejeter toutes nos propositions.

J’attendais beaucoup de la première déclaration de politique générale du Premier Ministre il y a maintenant deux ans. Edouard Philippe était membre des Républicains et il avait suscité un espoir à droite.

Mais si le discours du Chef du gouvernement est noble, les actes du Gouvernement ne sont pas toujours au rendez-vous.

Nous souhaitons, chez les Républicains, le succès de ce Gouvernement puisqu’il signifierait celui de la France.

Pour autant, je serai intransigeante quant à l’impact des réformes annoncées sur le quotidien des Français et sur l’avenir sociale, européen et écologique de notre pays.