J’ai rencontré aujourd’hui Maître Nathalie Tomasini, spécialiste des violences conjugales et intra-familiales.

Sa lutte, symbolisée par la défense de Jacqueline Sauvage, Sylvie Leclerc ou encore d’Alexandra Lange, aux côtés de sa collègue Janine Bonnagiunya, a marqué les esprits. Et si son engagement est essentiel, c’est avant tout parce qu’il met en lumière un vide juridique en ce qui concerne le principe de légitime défense, pouvant être accordé aux femmes ayant subi des violences conjugales.

Nous allons donc travailler ensemble afin de combler ce vide. En France, encore de trop nombreuses femmes subissent les coups de leurs maris ou conjoints. 136 en meurent chaque année. Il est temps d’agir plus que de réagir.

Je salue donc sa ténacité et espère sincèrement l’accompagner au mieux dans ce combat qui devrait être notre combat à tous. En effet, le combat contre les violences faites aux femmes a été annoncé par le Gouvernement comme étant la grande cause de ce quinquennat.

J’attends donc une mobilisation et un soutien de tous les bords politiques.