Hier soir, pendant que les ambulanciers et gilets jaunes manifestaient autour de l’Assemblée nationale, nous avons poursuivi l’examen du projet de loi Justice.

Un examen qui a été bousculé par l’actualité nationale et les nombreux rappels au règlement et je salue donc ce matin l’annonce d’un moratoire sur les prix du pétrole, qui devrait permettre d’apaiser la situation et d’entamer des discussions plus sereines avec les gilets jaunes.

Lors du débat du Projet de loi Justice, à la demande notamment de l’association Promenade des anges et des représentants des conseils des victimes d’attentat, j’ai déposé et défendu une dizaine d’amendements concernant l’organisation judiciaire de ce contentieux, malheureusement tous rejetés par la majorité.

Ces amendements visaient à s’opposer fermement à la création du juge unique de l’indemnisation des victimes d’actes de terrorisme à Paris puis à plaider pour une justice de proximité pour les victimes.

Je suis également intervenue sur la problématique de la nomination d’un médecin expert, qui rend inégal le rapport de force entre l’indemnisateur et la victime.

Dès ma première question au gouvernement de ce second mandat, j’ai interrogé le Gouvernement sur la suppression du ministère en charge des victimes. Le Premier Ministre m’avait alors informé de sa volonté de créer un délégué interministériel en charge des victimes d’attentat.
Si ce dispositif permet aujourd’hui de prendre en charge la plupart des situations, il reste encore un grand nombre de familles et de victimes qui subissent des difficultés quotidiennes pour lesquelles le Gouvernement n’a toujours pas apporté de réponse.

Je resterai attentive tout au long de mon mandat parlementaire aux victimes et à leurs famille pour lesquelles nous avons le devoir d’intervenir.