Les mots ne seront jamais assez forts pour décrire ce que nous niçois, ce que les français, ce que chacun d’entre nous peut ressentir lors de ces tragédies.

Oui, le terrorisme islamiste tue encore dans notre pays et partout dans le monde. Et oui, la puissance publique doit encore persévérer pour l’éradiquer.

Mais en cette journée d’hommage, souvenons-nous de ceux qui sont partis, de ces 86 anges, de cette Prom’ meurtrie un soir de fête nationale. Souvenons-nous d’eux toujours et ne perdons jamais l’espoir et l’envie de se battre pour la liberté. À nos anges…