La situation des établissements de santé est intenable et inacceptable.Je demande au Gouvernement qu’il repense, au plus tôt, le financement des établissements publics et privés.

Les services des urgences des hôpitaux français font face à une situation extrêmement tendue.
A Nice, les urgences du CHU, qui d’habitude accueillent 200 patients ont vu leur nombre passer à 320 ces derniers jours.
Mais cette tension n’est pas uniquement saisonnière. C’est tout au long de l’année que les services des urgences sont saturés et, avec l’épidémie de grippe hivernale, l’incapacité pour les hôpitaux de répondre aux urgences atteint un stade critique.

La colère monte du côté des personnels soignants et du personnel administratif qui ne peuvent répondre aux besoins des patients. Ils sont également inquiets de la surpopulation aux urgences et des problèmes de sécurité et de prise en charge qui peuvent en découler.

La méthode de financement des hôpitaux, les économies imposées qui ont conduit à la suppression de lits, le manque de considération du personnel hospitalier et enfin, les difficultés d’accès à un médecin dans de nombreux territoires ruraux et de montagne, sont les causes de cet état de fait.